Parlons déo

Ce matin au petit dèj, je réfléchissais aux produits venant de loin que je continue d'utiliser. Parmi la multitude, il y a l'huile de coco. Et l'huile de coco je ne m'en sers que pour me fabriquer du déo. Alors tout naturellement, ça m'a ammené à me poser dix millions de questions sur le déodorant.

Deodoril-329x500

Ca m'est arrivé à de nombreuses reprises au cours de ma vie, de me poser des questions sur le déodorant.

D'abord en 5ème, quand toutes mes copines en utilisaient et que oui, c'est vrai qu'en cherchant bien je commençais à sentir un peu des aisselles. Puis au lycée, quand notre prof de sport nous a dit que les déos à spray ça détruisait la couche d'ozone. Et puis à la fac j'ai eu ma période aromazone et fabrication de cosmétiques, alors j'ai tenté de faire moi-même mon déodorant en priant pour ne pas puer la mort quand je l'utiliserai. Autant vous dire que quand j'ai vu que ça fonctionnait, et même que je n'avais plus ces odeurs acides de parfum de déo chimique mélangé à la sueur, ça m'a déclenché une sacré fureur du DIY et un grand paquet de questions sur l'industrie cosmétique.

J'en étais restée là de mon questionnement, alternant entre mon déo fait-maison à l'huile de coco et du déo à bille bio du commerce suivant mon état de flemme du moment. Et puis ce matin je me suis dit "Mais comment ils faisaient avant ?". Quand on ne trouvait pas de l'huile de coco à tous les coins de rue, et qu'on se contentait de l'indispensable ?

S'en est suivie une recherche fort intéressante et un nouveau seau d'eau sur la tête : ma bichette, c'est là encore du travail de commercial, bienvenue dans le monde du capitalisme !

A part chez les romains, qui se placaient des petits sachets d'aromates sous les aisselles pour camoufler les odeurs, le déodorant et l'anti-transpirant n'existaient pas. On partait du principe que le plus gros du travail consistait à bien se nettoyer les aisselles pour éviter l'apparition de bactéries, et donc d'odeurs désagréables.

Quand les premiers déodorants et anti-transpirants ont fait leur apparition au début du 20ème siècle, ils ont été accueillis avec une grande méfiance et n'ont pas trouvé preneur. Ils étaient jugés inutiles et dangereux pour la santé, et en plus ils irritaient les aisselles, alors pourquoi s'embêter avec ces gadgets ?

C'est là qu'intervient monsieur publicité : Madame, il va falloir vous occuper de ces odeurs, elles ne sont plus acceptables. Ajoutez une ptite dose de machisme par là-dessus ("A vue de nez, il est 17h", jugez par vous-même), et l'affaire était dans le sac : les ventes explosent chez les femmes. Reste à convaincre ces messieurs, jusque là épargnés, à coup de "Mais enfin quel manque de professionnalisme, ces auréoles et ces odeurs !", et c'était plié.

Voili voilou, autant vous dire que lire ça me donne juste envie d'une chose : arrêter sur le champ de porter du déo. Je m'en vais étudier la question, et vous donnerai la suite au prochain épisode !

Bisous bisous <3

Partager sur les réseaux sociaux

Poster un commentaire

error check_circle
error check_circle
error check_circle
error check_circle
Fabriqué en France
Et avec amour !
Créatrice écolo
Produits certifiés doux pour la planète
Service client frais et dispo
Contactez-moi pour toute question !
Livraison offerte
Dès 35€ d'achat

Je n'ai pas de compte,
je m'inscris

error check_circle
error check_circle remove_red_eye
error check_circle remove_red_eye

J'ai déjà un compte,